Chute de cheveux

La chute de cheveux peut intervenir à tout âge, autant chez les hommes que les femmes. La perte capillaire est souvent causée par un dysfonctionnement hormonal, mais d’autres facteurs peuvent en être à l’origine : chimiothérapie, exposition au soleil, mode de vie, maladies auto-immunes...

L’alopécie androgénétique

L’alopécie androgénétique touche à la fois les hommes et les femmes. C’est une accélération du cycle capillaire liée aux androgènes. On constate alors une perte de densité capillaire progressive plus ou moins forte.

Nos solutions permettent de travailler sur ces deux aspects : la régulation de la sécrétion de sébum, et le maintien du cycle capillaire.


La pelade

Maladie auto immune à l’instar de l'herpès, la pelade est causée par des anticorps qui attaquent une zone du cuir chevelu qui n’est en réalité pas malade : ces lymphocytes se figent à la base folliculaire, empêchent la division cellulaire et tuent le cheveu qui finit par tomber.

La pseudo-pelade

Contrairement à la pelade, la pseudo pelade est causée par une bactérie, et tue les puits folliculaires. Dans ce cas de figure, le cheveu ne peut plus pousser et il convient d’assainir au plus vite le cuir chevelu.

Les solutions contre la pelade et la pseudo-pelade

Les solutions contre la pelade et la pseudo-pelade sont différentes. Dans le cas de la pelade, nous pouvons vous orienter sur un traitement apaisant à base de shampoings, et des compléments nutritionnels aux vertus anti-inflammatoires. Dans le cas de la pseudo-pelade, nous envisagerons éventuellement la port d’une prothèse. Enfin, dans les deux cas, la luminodermie est un traitement qui amène d’excellents résultats. Elle permet de favoriser la cicatrisation et l’assainissement de la zone ciblée.

Alexia

Chutes saisonnières

La chute saisonnière effecte aussi bien les hommes et les femmes. Elle dure en général entre 15 jours et 3 semaines, mais elle peut devenir chronique : d’où l’importance d’assurer un suivi capillaire auprès d’un cabinet spécialisé.

Un cheveu qui tombe est en réalité mort depuis 2 ou 3 mois. La chute saisonnière survenant souvent à l’automne, il faut donc chercher la cause pendant l’été.

- Facteur hormonal : l’exposition au soleil favorise la production de testostérone et donc de DHT. On constate alors une accélération du cycle capillaire.

- Acidification par l’alimentation : certains fruits et légumes d’été très acides et l’alcool des soirées abîment le cheveu.

- Déshydratation : la chaleur et la transpiration déshydratent votre cuir chevelu. Si vous buvez peu d’eau, la déshydratation s’accentue.

La chute saisonnière est importante en cas d’alopécie androgénétique.


Chute post-grossesse ou post-partum

La chute post-grossesse intéresse pratiquement toutes les femmes après l’accouchement. Certaines femmes ne s’en rendent pas compte mais pour d’autres, la chute de cheveux est un coup au moral.

Quand une femme est enceinte, son taux d’oestrogène est au plus haut, raison pour laquelle on voit souvent des femmes enceintes avec de très beaux cheveux. Après l’accouchement, le dysfonctionnement hormonal est si fort que la production d’oestrogène chute. La femme souffre d’une grande perte d'énergie et les cheveux sont les premiers impactés.
A noter que l’allaitement permet de maintenir un taux d’oestrogène et donc de freiner cette chute de cheveux post-partum.

Généralement, la perte de cheveux s’arrête au bout de quelques semaines mais elle peut durer : le corps en prend l’habitude, les cycles capillaires s’accélèrent et la chute devient chronique. Au bout d’un ou deux ans, la personne constate une perte de densité conséquente. Or il est bien plus compliqué d’intervenir quelques années plus tard plutôt qu’après l'accouchement.

Peu de temps après l’accouchement, un nettoyage profond du cuir chevelu, des huiles essentielles ciblées et quelques séances de luminodermie suffisent généralement à régler ce problème de densité en l’espace de deux mois à trois mois.

Nous contacterpour un diagnostic